RAMADAN – Marocains du Gabon

A Libreville, moments de spiritualité et de retrouvailles

A Libreville, moments de spiritualité et de retrouvailles Libreville
  • Marocains partout
  • 05 Juillet 2015 - 11:36
  • Salah AOUNI (MAP)

REPORTAGE – En ce mois sacré de recueillement, d’adoration et d’invocation, la Grande Mosquée Hassan II de Libreville constitue à la fois un lieu cultuel et de retrouvailles pour les membres de la communauté marocaine du Gabon, en l’absence de tout autre espace de rencontre.

Particulièrement le soir, une ambiance inhabituelle rythme le quotidien de la Grande Mosquée Hassan II de Libreville, ce haut lieu de culte et de spiritualité. Hommes, femmes et enfants y convergent de tout bord, parés de leurs beaux habits traditionnels pour l’accomplissement des prières de l’Isha et des Tarawih, dans un climat emprunt de quiétude et de convivialité, aux côtés de frères et amis musulmans d’autres communautés. Au-delà de son rôle spirituel, la mosquée tient aussi lieu de rendez-vous nostalgiques pour les membres de la communauté marocaine, après une journée d’abstinence et de renoncement le long de laquelle rien ou presque ne permet de sentir ou de vivre l’ambiance et l’effervescence qui caractérisent ce mois béni, dans un pays où les musulmans représentent à peine 2% de la population. En vue d’assouvir la soif des fidèles en matière de récitation et de psalmodie du Saint Coran en ces veillées ramadanèsques de grandeur spirituelle, des Imams et prêcheurs sont venus spécialement d’Egypte et d’Arabie saoudite.

Fraternité

Après plus d’une heure de prière, place aux discussions courtoises, à l’intérieur de la mosquée, sur l’esplanade ou dans le parking : les nouvelles des compatriotes, l’ambiance peu joviale du Ramadan dans le pays d’accueil et les vacances d’été dominent les débats. Revient également souvent dans les conversations la nécessité impérieuse d’un lieu de rencontre pour les membres de la communauté marocaine dans la capitale gabonaise, un centre culturel ou une Maison du Maroc, l’essentiel un cadre fédérateur ou un espace rassembleur qui permet de maintenir ce cordon ombilical avec la mère-patrie. A ce stade, le tissu associatif manque à l’appel et ce ne sont pourtant pas les moyens qui manquent, ni les bonnes volontés, mais des initiatives et expériences précédentes condamnées à l’échec ont laissé des séquelles encore perceptibles. En outre, la mosquée Hassan II de Libreville, témoignage des liens séculaires d’amitié et de fraternité qui unissent le Maroc et le Gabon, véhicule les messages d’amour, de vertu et d’humanisme prônés par l’Islam et contribue au rayonnement de cette religion. Fidèle à sa mission, ce monument historique et spirituel, le plus important du Gabon, attire toujours de grandes foules parmi les fidèles qui y convergent pour répondre à l’appel d’Allah pour les cinq prières de la journée, mais aussi pour la prière du vendredi.

Savoir-faire

Il rassemble les musulmans du pays, adultes et enfants, hommes et femmes, qui l’investissent également pour s’y initier aux préceptes de l’Islam. Erigée en face du palais présidentiel au cœur de la capitale, la mosquée, inaugurée en 1983, est aménagée sur une superficie totale de 1,5 ha et comporte une grande salle de prière de 3.500 m2, pouvant accueillir jusqu’à cinq mille fidèles, une autre salle pour les femmes et une salle d’ablutions, entre autres. Elle est dotée d’un minaret haut de plus de 40 mètres. La décoration intérieure est faite de zellij beldi, plâtre et bois, avec des mosaïques colorées traditionnelles qui ornent les murs, sculptés dans le pur style arabo-musulman dans toute sa splendeur par des artisans marocains (mâalems) qui y ont étalé tout leur savoir-faire. L’Islam est la deuxième religion monothéiste pratiquée au Gabon après le christianisme. Les musulmans représentent moins de 2 % de la population locale estimée à 1,8 million d’habitants.

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on Pinterest

Chargement...