Conférence

Anis Birrou : « Nous devons tous lutter contre l’islamophobie »

Anis Birrou : « Nous devons tous lutter contre l’islamophobie »
  • Marocains partout
  • 30 Mai 2016 - 07:09
  • Rédaction

Il s’agissait, comme l’a souligné Anis Birrou, ministre chargé des Marocains résidant à l’étranger et des Affaires de la migration, d’une rencontre d’«intelligence collective» qui a rassemblé, vendredi 27 mai 2016 à Skhirat, des intellectuels, des chercheurs, des étudiants et des ministres du Maroc et d’Europe. Le but étant bien entendu d’échanger, de débattre et  d’être à l’écoute des préoccupations des Marocains du Monde qui, dans un contexte difficile, subissent cette islamophobie hélas omniprésente dans les médias. « Aujourd’hui, on se doit comprendre pourquoi dans certains pays européens on-est-on là ? Cette situation n’est autre que l’accumulation de faits comme la crise économique de 2008, les actes terroristes en Europe ou encore la montée en puissance des partis d’extrême droite. Ainsi, les réponses qu’on espère dégager de nos réflexions ne pourra pas changer les choses du jour au lendemain, mais constituera plutôt un premier pas d’un long processus qui nous attend», a affirmé Anis Birrou.

Organisée par le ministère chargé des Marocains résidant à l’étranger et des Affaires de la migration au Centre des Conférences Mohammed VI à Skhirat, cette rencontre avait donc pour objectif de s’éloigner des images conflictuelles, des clivages et des surenchères d’ordre sémantique et politique. Les participants ont apporté des éclairages sur l’islamophobie, le radicalisme et le vivre-ensemble tout en proposant des actions concrètes impliquant tous les niveaux de prise de décision et d’exécution : acteurs institutionnels, politiciens, académiciens, acteurs de la société civile…etc. « Chacun a une vision. Une vision qui diffère d’un pays à un autre. Car chacun étant confronté à une réalité différente. D’où cette rencontre qui permettra d’avoir une vue d’ensemble sur un problème à la fois complexe et compliqué. Cette rencontre doit être le départ d’un vaste programme qui, espérons-le, se poursuivra afin qu’on puisse faire évoluer les choses », a conclu Anis Birrou.

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on Pinterest

Chargement...