""

Nouvelle politique migratoire

Anis Birrou : une politique migratoire «efficace et juste»

Anis Birrou : une politique migratoire «efficace et juste» Anis Birrou
  • Marocains partout
  • 10 Septembre 2015 - 11:19
  • Meriem Lyoussoufi

Il y a deux ans naissait au Maroc la nouvelle politique migratoire. De bonnes volontés entourèrent alors cette décision historique, initiée sous les hautes instructions de SM le Roi Mohammed VI, qui furent suivies d’actions immédiates ayant permis de construire une plateforme. Une plateforme «juste et efficace» comme l’a souligné Anis Birrou, ministre chargé des Marocains résidant à l’étranger et des affaires de la migration, mercredi 9 septembre à Rabat. Au cours d’un séminaire national sur le thème « La nouvelle politique migratoire : deux ans après le lancement », consacré à un bilan d’étape, Anis Birrou a une fois encore affirmé qu’il ne suffisait pas d’accueillir les migrants mais encore faut-il mettre en place pour eux une politique d’accompagnement multidimensionnelle en vue de favoriser une intégration harmonieuse de cette population à travers notamment l’accès aux services de base (santé, éducation, emploi) tout en identifiant les défis qui se posent.

Approche humaniste

« Nous n’avons pas d’autre choix que de réussir sur cette voie, car l’enjeu est l’Homme », a-t-il dit. Cette politique a dès le départ placé l’humain au cœur des préoccupations, ce sens qu’elle a « rendu le sourire et ravivé l’espoir de dizaines de milliers de migrants en situation irrégulière », a ajouté Anis Birrou. « Vu de ce qui se passe actuellement dans le monde, la gestion de la chose migratoire doit se faire dans un cadre collectif en prenant en compte l’aspect humain », a-t-il précisé. Ces personnes, a-t-il dit, sont désormais en mesure de penser à demain et de faire des projets d’avenir.

Mobilisation générale

Le président du Conseil national des droits de l’Homme (CNDH), Driss El Yazami a, pour sa part, plaidé pour le renforcement des efforts déployés à l’échelle nationale, en ce sens que l’opération d’intégration est « difficile et complexe », et requiert la participation de tous les intervenants: opérateurs publics et privés, société civile, médias, syndicats et organisations internationales. « Le Maroc a agi de manière proactive et honoré ses obligations internationales ainsi que les dispositions de sa loi fondamentale qui prévoit l’égalité des droits entre les citoyens marocains et étrangers », a-t-il souligné.

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on Pinterest

Chargement...