Club des chefs d’entreprises France-Maroc

CGEM-MEDEF, une convention pour une alliance stratégique

CGEM-MEDEF, une convention pour une alliance stratégique Miriem Bensalah-Chaqroun et Pierre Gattaz
  • Marocains partout
  • 28 Mai 2015 - 13:41
  • Avec MAP

La Confédération Générale des Entreprises du Maroc (CGEM) et le patronat français MEDEF ont signé, jeudi à Paris, une convention de coopération, en marge de la rencontre du Club des chefs d’entreprise France-Maroc. En vertu de cette convention, signée par la présidente de la CGEM, Miriem Bensalah Chaqroun et le président du MEDEF, Pierre Gattaz, les deux patronats s’engagent à échanger informations et expériences, à délibérer sur les questions d’intérêt commun de leurs membres et à représenter ceux-ci auprès des institutions pertinentes ou lors des sommets bilatéraux en se reposant sur les principes de coordination et de coopération, dans le respect total de l’autonomie de chaque partie ainsi que des dispositions légales des deux pays.

Partage

Il s’agit ainsi du partage d’informations sur des questions d’intérêt économique, commercial et financier pouvant être de l’intérêt des deux organisations. Les deux organisations patronales s’engagent également à faciliter les échanges de marchandises et les flux d’investissement entre les deux pays, de même qu’elles définissent des approches communes sur un certain nombre de sujets pertinents. L’accord prévoit d’encourager l’établissement des entreprises marocaines en France mais aussi celui des entreprises françaises au Maroc. Il est prévu notamment la mise en place de projets communs pouvant contribuer au partage des expériences et à la formation des membres des organisations respectives en matière notamment d’entrepreunariat, de marketing et de communication, de lobbying, de nouvelles technologies, de création d’emplois dans les deux pays et de formation des salariés, d’exportation, d’internationalisation et d’assistance aux PME.

Echange

La CGEM et le MEDEF s’engagent à participer aux événements et manifestations de toutes natures entre les deux pays et à mutualiser leurs expériences pour établir conjointement un argumentaire en vue des négociations de la COP 21 et de la COP 22. Il s’agit aussi de la représentation des employeurs au titre des deux organisations à l’occasion des rencontres de haut niveau entre les autorités des deux pays. Les deux parties devront mettre en place des moyens appropriés permettant cet échange d’informations et d’expériences et notamment l’échange des notes et argumentaires, des visites entres responsables des deux organisations, le cas échéant et les échanges temporaires de cadres et experts.

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on Pinterest

Chargement...