Reportage

Au cœur du Hellfest, le Woodstock du métal…

Au cœur du Hellfest, le Woodstock du métal… Hellfest
  • Marocains partout
  • 01 Juillet 2016 - 12:16
  • Abderrahim Bourkia

REPORTAGE – Encore plus fort, encore plus de diversités et plus de découvertes. C’est ça le Hellfest. Toujours assez dense. La 11e édition du festival de Clisson, Hellfest 2016, a tenu ses promesses. La communauté et les adeptes du rock et du Metal ont été vraiment gâtés cette année. Après trois jours d’enfer où nous avons vu des groupes de renommée internationale fouler les scènes. L’affluence a été estimée à 50.000 festivaliers par jour, 80% sont des Français et 20% sont des étrangers proviennent de 70 nationalités. Et la tranche d’âge va de 9 ans à 70 ans et 62 % sont des 20 à 30 ans.

Décors, bulle festive, futuriste et apocalyptique

hellfest-night

 

Le spectacle visuel hors normes est à la hauteur. Hellfest est une expérience esthétique à vivre. Un bon festival n’est pas uniquement des scènes, des groupes et des fans. La nuit, Hellfest entre dans une autre ambiance. Frissons garanties avec lumières, geysers enflammés et feus de bois donnent couleurs et senteurs au site. Un éther apocalyptique. Les décors prennent vie. Une atmosphère futuriste et apocalyptique façonné par une équipe d’artistes, de graphistes, et de sculpteurs. Les festivaliers en prennent chaque année plein les oreilles et plein les mirettes aussi. Ils plongent dans un autre univers la nuit. De sortes de cathédrales de métal dont la dentelle est sublimée par des projections de lumière et des jets de flammes multicolores.

 Ghost et les enfants de chœurs

hellfest-ghost

 

Pour la fin du concert le morceau « Monstrance clock » a fait sensation. Le combo suédois aux visages masqués a invité une école de musique Artissimo à jouer les chœurs. Les élèves ont répété six semaines pour ajouter une belle touche à la performance nocturne. La directrice de l’école, Martine Foucher-Bricaud a affirmé qu’on ne pouvait passer à côté d’une pareille occasion. Les parents ont donné leurs accords pour voir les enfants évolués aux côtés d’un groupe à l’univers particuliers : le pape sataniste grimé avec cinq comparses moines aux visages masqués. Ghost n’a rien de satanique et sa musique pop ajoute une couche à son excentricité.  Un moment de gloire pour les artistes en herbe sans doute la seule expérience de ce type de leur vie et qui devrait être gravée.

L’immense hommage à Lemmy

hellfest-jemmy

Le leader de Motorhead, Lemmy, avec son fameux chapeau qui lui donnait un air du général Custer ou de Buffalo Bill, a été immortalisé par un œuvre artistique signée par le sculpteur Jimmix. La  statue de 15 mètres en hommage à la figure emblématique de Motorhead  pèse soixante-dix tonnes. Des crânes humains décorent la base, une manière d’évoquer à la fois la mort de l’artiste et pour rester dans le style des scénographies metal. Aucun des 140 000 festivaliers de cette édition n’a manqué l’occasion de venir se recueillir à sa manière. Un coin qui devrait être est devenu un lieu de pèlerinage des festivaliers. Celles et ceux qui étaient là ont été assisté à un moment inattendu et inoubliable. Les larmes du guitariste Phil Campbel pour Lemmy venant se recueillir devant la statue de son ami témoignent la reconnaissance.

 

Gojira, le metal français qui déchire

 Hellfest

On ne présente plus Gojira. La bête sonique a été saluée par des grands groupes de l’univers Metal : Slipknot, Slayer, Slash, Lamb of God et j’en passe pour parler de l’ample soutien de Metallica avec qui ils ont embarqué lors d’une grande tournée en 2012. D’ailleurs, le 6e opus des Landais Magma bouillonne de spiritualité. Un volcan poétique qui vous prend dans sa lave.  J’attends toujours les productions artistiques du groupe et après les avoir vu sur scène pour la deuxième fois ( la première fois au Boulevard des Jeunes Musiciens à Casablanca en 2008) et bien apprécié le nouvel album, je peux dire que Magma est un mélange de créativité envoûtante, débordante et incontrôlable, bouillonnante, source de vie, de vitalité et de lumières.

L’armée du Hellfest… 


Hellfest

Le plus gros employeur de Clisson c’est lui. 500 salariés recrutés avant et après la grande messe. Transporteurs, camionneurs, électriciens, mécaniciens, magasiniers, manutentionnaires, décorateurs, menuisiers, plombiers, métallurgistes. On peut ajouter les prestataires, les 15 employés permanents du Hellfest qui travaillent toute l’année et les 3000 bénévoles. Le festival génère de belles retombées économiques pour toute la vallée de Clisson. Les chiffres parlent. Les festivaliers déboursent prés de 5 millions d’euros. Et en moyenne, un festivalier dépense environ 388 euros pendant les jours du Hellfest. Généralement, c’est le secteur de l’hébergement, de l’alimentation et de la restauration qui engrange la part du lion.

 DNES à Clisson, Abderrahim Bourkia

 

 

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on Pinterest

Chargement...