Législatives 2016

Elections : Le PJD grand gagnant avec 125 sièges

Elections : Le PJD grand gagnant avec 125 sièges
  • Marocains partout
  • 08 Octobre 2016 - 19:37
  • MAP

Le ministère de l’Intérieur a annoncé les résultats définitifs des législatives 2016. Les élections législatives tenues vendredi au Maroc, les deuxièmes du genre depuis la promulgation de la Constitution de 2011, ont consolidé le positionnement pionnier du Parti de la justice et du développement (PJD) sur la scène politique nationale, avec à la clé 125 sièges sur les 395 que compte la Chambre des représentants (98 sièges au titre des circonscriptions électorales locales et 27 sièges au titre de la circonscription électorale nationale). Le parti de la Lampe, qui dirige le gouvernement depuis cinq ans, a ainsi conforté sa stature de parti majoritaire à la première Chambre de l’Hémicycle, en remportant 18 sièges de plus par rapport aux 107 qu’il s’était adjugés lors des législatives de 2011. Le PJD, qui a fait de la poursuite des réformes son cheval de bataille lors de la campagne électorale, considère sa victoire comme l’expression d’un satisfecit des électeurs quant au bilan gouvernemental, d’autant plus que tous les ministres PJD et tous les membres du secrétariat général de cette formation politique sont sortis victorieux dans les circonscriptions locales où ils se sont présentés. «Le sérieux, la bonne foi et la sincérité envers les citoyens sont derrière les résultats positifs réalisés par le PJD », a affirmé dans une déclaration à la presse le secrétaire général du parti, Abdelilah Benkirane, qui a été élu à la circonscription de Salé-Médina, estimant que le peuple marocain a prouvé « sa grandeur » et que le Maroc a démontré qu’il était « digne de compter parmi les pays démocratiques en poursuivant les réformes lui permettant de rejoindre le cercle des pays émergents».

Il a rappelé une série de réformes menées par l’Exécutif tout au long des cinq dernières années, notamment celles du budget, des retraites et du droit de grève, outre son intérêt pour les catégories vulnérables, particulièrement les femmes divorcées, les veuves et les étudiants. A l’instar du PJD, le Parti authenticité et modernité (PAM, opposition), deuxième du scrutin, a effectué un grand bond en avant, en s’adjugeant 102 sièges (81 sièges au titre des circonscriptions électorales locales, et 21 au titre de la circonscription électorale nationale), améliorant ainsi sa position de sérieux concurrent par rapport aux législatives de 2011 durant lesquelles il avait remporté 47 sièges, soit la quatrième force politique au Parlement. Le PAM a basé sa campagne électorale sur une lecture critique du bilan du gouvernement sortant, en brandissant le slogan « Changement maintenant ». A ce propos, le porte-parole du PAM, Khalid Adnoune, a assuré dans une déclaration à la MAP que les résultats des élections législatives de vendredi confirment « la puissance » du parti du Tracteur et ”sa forte présence sur la scène politique nationale”, soutenant que ce résultat est «la preuve du soutien et de l’adhésion des Marocains au projet sociétal promu par le PAM».

Pour Aziz Benazzouz, membre du bureau politique du PAM, l’avenir du parti est « prometteur » au regard de ces résultats, relevant que cette formation politique, en pleine progression, ne cesse de consolider sa légitimité démocratique et sa présence sur la scène politique et dans le paysage partisan. Si le dépouillement des urnes a été favorable au PJD et au PAM indépendamment de leur divergence politique, il n’aura pas été du goût du Parti de l’Istiqlal qui, après une confortable deuxième place en 2011 avec 60 sièges, s’est vu reléguer au troisième rang, lors du scrutin de vendredi, avec 46 sièges seulement (35 sièges au titre des circonscriptions électorales locales et 11 au titre de la circonscription nationale). Le constat est quasiment le même chez le Rassemblement national des indépendants (RNI) qui a perdu 15 sièges entre 2011 et 2016. Le Parti de la Colombe, qui avait fini troisième il y a cinq ans avec 52 sièges, s’est contenté de la quatrième place ce 7 octobre avec 37 sièges (28 sièges au titre des circonscriptions électorales locales et 9 au titre de la circonscription nationale). Par contre, le Mouvement populaire (MP) a amélioré son score de deux sièges par rapport à 2011, en remportant 27 sièges (20 au titre des circonscriptions électorales locales, et 7 au titre de la circonscription nationale). Les partis de la majorité sortante totalisent désormais 201 sièges, contre 209 au total en 2011, une situation qui, au regard des réalités mouvantes du paysage politique, laisse la porte ouverte à de multiples scenarios et de nombreuses éventualités lors des tractations sur la formation du prochain gouvernement.

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on Pinterest

Chargement...