Saad Lamjarred va-t-il être innocenté ?

Saad Lamjarred va-t-il être innocenté ?
  • Marocains partout
  • 27 Janvier 2017 - 11:34
  • Rédaction

Saad Lamjarred verra-t-il enfin le bout du tunnel ? Il y a quelques jours, des médias évoquaient une enquête menée par la police judiciaire de Paris sur la plaignante dans l’affaire Saad Lamjarred et ses supposés liens avec le cercle mafieux. Si cette information se confirme, la thèse du coup monté devient plus que plausible. Aujourd’hui, on parle ici et là d’une convocation par la police de l’accusatrice laissant sous-entendre qu’il s’agirait d’une autre procédure. Car, comme l’a souligné Mediapart, «si c’était pour une simple audition ou pour une confrontation avec l’accusé, la convocation se serait faite pour le bureau de la juge d’instruction en charge de l’Affaire et non pour un commissariat d’arrondissement».   

Le juge du tribunal correctionnel a, rappelons-le, refusé la liberté provisoire à Saad Lamjarred, malgré l’insistance de ses avocats dont le célèbre Éric Dupond-Moretti. A trois jours d’un grand concert de Saad Lamjarred dans la capitale française, une jeune femme de 20 ans a déposé plainte le 26 octobre, affirmant avoir été agressée quelques heures plus tôt par la star de pop dans une chambre d’hôtel. Saad Lamjarred est alors interpellé et placé en garde à vue. Saad Lamjarred conteste les faits. Accusé de viol, Saad Lamjarred encourt jusqu’à cinq ans de prison, assortie d’une amende de 75.000 euros (environ 800.000 dirhams). Une peine qui peut être augmentée jusqu’à vingt ans si l’agression est commise avec une ou plusieurs circonstances aggravantes si l’acte a été commis sous l’emprise de l’alcool ou de produits stupéfiants.

En France, la détention provisoire est une mesure de détention qui – en principe – doit être exceptionnelle. Or, c’est une pratique assez courante dans l’Hexagone. Il y a plusieurs raisons qui justifient cette mesure comme empêcher une pression sur les témoins ou les victimes, mettre fin à l’infraction ou encore garantir le maintien de l’intéressé à la disposition de la justice, c’est-à-dire éviter sa fuite. Dans les affaires criminelles, comme c’est le cas de Saad Lamjarred, le prévenu mise en examen ne peut être maintenue en détention au-delà d’un an sauf si le juge des libertés et de la détention rend, après débat contradictoire, une ordonnance motivée de prolongement de six mois en six mois. La détention ne peut cependant pas excéder deux ans si la peine encourue est inférieure à vingt ans et trois ans quand la peine encourue est supérieure à 20 ans.

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on Pinterest

Chargement...