Hommage

Qui était réellement Ounsi el-Hajj ?

Qui était réellement Ounsi el-Hajj ?
  • Marocains partout
  • 27 Juillet 2016 - 18:16

Disparu en février 2014, Ounsi el-Hajj est l’un des grands poètes et penseurs arabes. Celui que Google rend hommage ce mercredi 27 juillet 2016 était l’un des fondateurs de la revue poétique « Chiir » (« Poésie ») au côté des poètes Youssef al Khal et Adonis. Pionnier de la poésie arabe en prose du XXe siècle, Ounsi el-Hajj est aujourd’hui considéré comme le chef de file de la poésie moderniste arabe.  Ce grand poète libanais a rompu avec l’esprit comme avec la rime et la rhétorique classiques. Il fut celui qui inspira toute une génération de poètes.

Ounsi el-Hajj est aussi l’un des principaux médiateurs du surréalisme dans le monde arabe, grâce notamment à ses traductions d’œuvres d’André Breton et d’Antonin Artaud, accompagnées de commentaires contextuels et analytiques. Ounsi el-Hajj est l’auteur de six recueils de poésie, de deux volumes d’aphorismes et d’un ouvrage en trois tomes réunissant ses plus insolentes chroniques de l’actualité littéraire et sociale parues entre 1964 et 1987 dans le grand quotidien libanais An-Nahar. Une anthologie de ses poèmes, Éternité volante, a été éditée par Sindbad/Actes Sud en 1997.

Eduqué dans des établissements francophones, Ounsi el-Hajj était également journaliste et a travaillé dans les quotidien arabophone Al-Hayat et libanais An-Nahar et Al-Akhbar. Ce grand poète Ounsi el-Hajj a publié six recueils de poèmes qui ont été traduits en plusieurs langues et a traduit en arabe ou adapté pour le théâtre des œuvres d’Eugène Ionesco, Shakespeare, Albert Camus ou encore Bertold Brecht. Une anthologie de poésie Ounsi el-Hajj, « Eternité Volante », a été publiée en français en 1997 et une autre anthologie, « L’amour et le renard, l’amour et les autres », est parue en édition bilingue allemande et arabe en 1998.

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on Pinterest

Chargement...