Hommage

Il était une fois la romancière Fatima Mernissi

Il était une fois la romancière Fatima Mernissi
  • Marocains partout
  • 02 Mai 2016 - 08:43
  • MAP

 

Un hommage posthume a été rendu à la personnalité aux multiples facettes, militante, intellectuelle et femme de lettres, la défunte Fatima Mernissi, jeudi 29 avril à Rabat, à l’occasion de l’ouverture de la 6ème édition du Festival méditerranéen des écrits de femmes. Lors de la cérémonie d’ouverture de ce Festival organisé par « Féminin pluriel », les différents intervenants ont évoqué des aspects de l’héritage intellectuel et littéraire de Fatima Mernissi, la « Sherhazade » des temps modernes, qui a été l’une des premières à déconstruire la mentalité patriarcale et à lutter pour une société où les femmes sont libres et émancipées.

En ce sens, le ministre de la Culture, Mohamed Amine Sbihi, a salué la tenue de cette rencontre qui permet d’évoquer les sujets de prédilections de Fatima Mernissi tout en initiant les jeunes générations à cette figure intellectuelle à l’aura internationale et aux valeurs humanistes qu’elle défendait. M. Sbihi a décrit la défunte comme une académicienne unique et une intellectuelle dévouée à sa mission qui consiste à éclairer les autres à travers ses études sociologiques rigoureuses et ses ouvrages littéraires. Les réformes institutionnelles auxquelles le Maroc a adhéré, notamment l’instauration constitutionnelle de l’égalité entre les deux sexes et l’adoption des mécanismes internationaux de droits de l’Homme, ainsi que la promotion de l’accès des femmes aux postes de responsabilité, esquissent l’image dont rêvait Fatima Mernissi, à savoir celle d’un Maroc égalitaire et démocratique, a estimé le ministre.

De son côté, la ministre de l’Artisanat, de l’économie sociale et solidaire, Fatema Marouane a affirmé que Fatima Mernissi a donné une voix à celles qui n’en avaient pas, rendant hommage à la beauté de la femme, son intelligence et sa détermination qui lui ont permis de démystifier la perception erronée que l’Occident se faisait de la femme arabe. Dans un témoignage à cette occasion, l’ambassadeur du Mexique au Maroc, Andrés Ordonez, a souligné que Fatima Mernissi lui avait permis de découvrir les monuments du Maroc et de la civilisation arabo-islamique aux sources multiples, tout en corrigeant les stéréotypes qui entourent cette partie du monde dans l’Occident. « Fatima Mernissi m’a permis d’observer la présence du patrimoine andalous dans la culture mexicaine, à travers les arts populaires, la cuisine et les idées », a relevé l’ambassadeur mexicain qui a annoncé le projet de création d’une chaire des droits de l’Homme et de l’égalité portant le nom de Fatima Mernissi au sein de l’Université indépendante de Mexico. De même, le poète et figure médiatique Yassine Adnane a partagé une lecture biographique exceptionnelle de la vie de la défunte mêlant esprit militant et rigueur académique, profondeur intellectuelle et éloquence linguistique, décrivant Mernissi comme une « Sherhazade moderne et démocratique ».

En retraçant les étapes marquantes de son parcours intellectuel, M. Adnane a fait observer que la disparue avait appelé à l’émancipation de la parole à travers l’écriture, en élaborant une langue unique proche du publique, évitant ainsi de tomber dans le piège de la marginalisation des intellectuels. Le Festival méditerranéen des écrits de femmes a examiné l’héritage de la défunte écrivaine à travers plusieurs thèmes portant notamment sur « La sociologie valeur du développement », « Fatima Mernissi et la marche vers l’interdit » et « Caravanes civiques, collectifs et ateliers d’écriture ».

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on Pinterest

Chargement...