Cinéma

Quand Harhoura fait son ciné à la plage

Quand Harhoura fait son ciné à la plage
  • Marocains partout
  • 28 Juillet 2016 - 15:43
  • MAP

Le festival de cinéma en plein air « Harhoura ciné-plage » a offert à son public, mercredi 27 juillet 2016 à Sidi Abed, une soirée très patriotique avec la projection du film de Youssef Britel « La marche verte » et celui de Mohammed Lyounssi « L’écharpe rouge », dans le cadre de la compétition officielle du long-métrage de la première édition du festi-plage de Harhoura. Ponctuée d’innombrables salves d’applaudissements, la première soirée de cette manifestation, s’est ouverte sur deux tubes en la gloire du Maroc et du Sahara marocain suivis de la projection de cette longue épopée marocaine ayant incarné la communion entre le trône alaouite et le peuple marocain qui ont mené une lutte héroïque pour s’affranchir du joug du colonisateur et parachever l’intégrité territoriale du Royaume. Face à autant d’émotions et de patriotisme, le film retrace l’histoire de la Marche Verte du 6 novembre 1975.

Après le célèbre discours de feu Hassan II du 16 octobre de la même année, pour appeler les Marocains, du nord au sud et de l’est à l’ouest, à une marche pacifique pour l’intégrité territoriale du Maroc, près de 350 000 personnes ont répondu à l’appel de leur monarque et marché à la reconquête du Royaume. Une histoire vécue à plusieurs et vue dans le film à travers les tranches de vies de 6 hommes et femmes ayant pour point commun de se battre pacifiquement pour la liberté d’un territoire colonisé et de fouler la terre usurpée de leurs frères sahraouis. Un film où s’entremêlent les destins d’une poignée d’hommes et de femmes, tous mus par un même rêve, celui de participer à la construction du Maroc moderne. C’est aussi l’histoire de Zhor qui risqua sa vie afin de marcher en mémoire de son époux décédé et mettre son enfant au monde sur la terre du Sahara marocain occupé, ou encore Mohamed et Youssef, deux frères attachants que tout oppose mais que leur marche et la maladie de l’un finira par rassembler.

 

Le réalisateur du film, Youssef Britel, rejoint sur scène par une partie des membres de son équipe, a relevé que l’idée de faire un film sur la marche était toujours omniprésente et remontait à plusieurs années. « Ainsi elle murissait, jusqu’au jour où j’ai rencontré les bonnes personnes, Mehdi Belhaj et Othmane Benzakour (les producteurs du film), qui partageaient avec moi la grandeur de l’idée et qui ont cru en moi », a-t-il dit. La Marche verte était un sujet qui m’a toujours tenu à cœur », a confié Britel grand gagnant du concours national organisé par le Centre cinématographique marocain (CCM) en 2004, avec son premier court métrage, qui racontait l’histoire d’un vieux monsieur, nommé « Sellam » ayant participé à cette grande aventure qu’est la marche verte. La fin de la projection a suscité une véritable standing ovation de la part du public, visiblement conquis par les scènes du film montrant les milliers de personnes traversant le désert, jusqu’au drapeau rouge et vert planté, le 6 novembre 1975 dans le sable du Sahara, face aux fusils espagnols.

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on Pinterest

Chargement...