Entretien exclusif

Kev Adams : « Je suis un amoureux de Casablanca »

Kev Adams : « Je suis un amoureux de Casablanca » Kev Adams
  • Marocains partout
  • 05 Juillet 2015 - 23:46
  • Rédaction

RENCONTRE C’était le show qui clôture la tournée «Voilà, voilà». Kev Adams, éternel adolescent de la série Soda, a livré, samedi 4 Juillet 2015, au théâtre du studio ses arts vivants Casablanca un spectacle inoubliable. Dans cet entretien exclusif, le seul humoriste qui a pris 3 cm entre son premier et son deuxième spectacle se confie sans détour sur son amour secret pour Casablanca, son parcours et son expérience.

marocainspartout.com : Finir une tournée à Casablanca… Ce n’est pas anodin. Aurais-tu une histoire d’amour secrète avec la ville ?

Kev Adams : Oui. Je suis venu ici quand j’avais presque 16 ans. Mon meilleur ami qui est Marocain m’y a amené. Il a dit qu’il va me faire découvrir cette ville. C’est comme ça que j’ai découvert Casablanca avant Marrakech et avant n’importe quelle ville marocaine. Je me suis pris d’amour vite pour cette ville. Je m’y suis senti à la maison. Depuis, ça n’a pas changé depuis presque sept ans. C’est toujours avec plus de bonheur et de nostalgie que je viens ici.

Tu as récemment été en tournage au Maroc et plus précisément à Ouarzazate. Qu’est ce qui t’as marqué dans cette région du Royaume ?

C’est un endroit où le cinéma est roi. C’est très bizarre. C’est un peu le Hollywood du Maroc. C’est-à-dire, on arrive là-bas et on se sent aussitôt acteur. C’est carrément incroyable de voir les studios fleurirent là-bas et l’économie tourner autour du 7e art. C’est une ville assez particulière surtout qu’elle est en même temps cachée par les montagnes. J’y est passé un mois et demi carrément magique.

Pourquoi tu as opté pour l’humour comme métier ?

J’aime faire rire les gens. J’aime faire danser les gens. J’aime mettre de l’ambiance. J’aime quand on fait la fête tous ensemble. J’aime ça depuis tout petit. Je suis méditerranéen.  J’aime ça, j’aime la chaleur humaine. Toutes ces choses-là m’ont poussé évidement à me lancer dans l’humour.

Ta carrière a connu une ascension fulgurante en un laps de temps record. Comment as-tu vécu ça ?

C’est toujours difficile de vivre ça. J’ai envie de dire qu’on le subit un peu. D’un autre côté, on kiff. Avant tout, ce n’est que du kiff. Ça arrive sur nous. On ne l’a pas décidé. Et d’un coup, c’est du grand bonheur. Alors ça m’éclate, je suis content et j’espère que ça va durer comme ça pendant longtemps. Surtout qu’être humoriste c’est ce que j’aime faire le plus au monde.

Comment vois-tu la suite de ta carrière ?

J’espère que la suite carrière sera plus fleurissante qu’avant. J’espère que gens continueront de me suivre sur scène, au cinéma ou à la télé.

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on Pinterest

Chargement...