Zone Euro

La Grèce trouve un accord avec ses créanciers

La Grèce trouve un accord avec ses créanciers Alexis Tsipras
  • Marocains partout
  • 11 Août 2015 - 12:58
  • AFP

La Grèce et ses créanciers ont trouvé un accord tôt mardi, en vue d’un troisième plan d’aide au pays « d’environ 85 milliards d’euros », ont annoncé des responsables grecs à l’issue d’une négociation-marathon, même si quelques détails restaient à régler en cours de journée. La Grèce affirme pouvoir « assurer » grâce à cette somme, en échange d’une longue liste d’ajustements budgétaires et de réformes, «la couverture de ses remboursements d’emprunts et des arriérés de paiement de l’Etat pour les trois prochaines années ». La Commission européenne a tempéré un peu l’enthousiasme d’Athènes à la mi-journée, en notant prudemment qu’il s’agissait «à ce stade d’un accord au niveau technique», que « les discussions se poursuivaient pour finaliser les détails», et qu’il fallait désormais «un accord au niveau politique». La prochaine étape, a expliqué la porte-parole de la Commission, Annika Breidthardt, consiste en «une évaluation politique». Une réunion téléphonique du Comité économique et financier (CEF) du Conseil européen, qui regroupe des responsables des 28 ministères des Finances, devait avoir lieu « en début d’après-midi », pour que « tous les Etats membres puissent être informés».

Mesures préalables

Athènes d’un côté et les quatre institutions créancières du pays de l’autre -Union européenne (UE), Banque centrale européenne (BCE), Fonds monétaire international (FMI) et Mécanisme européen de stabilité (MES)- enfermés dans un hôtel du centre de la capitale grecque, discutaient depuis plus de deux semaines pour essayer de conclure ce plan d’aide, le troisième depuis 2010. Tôt mardi matin, après un marathon final de 22 heures d’affilée, une source gouvernementale grecque a indiqué que les négociateurs avaient « trouvé un accord ». Le ministre des Finances Euclide Tsakalotos a évoqué pour sa part les « un ou deux petits détails à régler », mais une autre source gouvernementale grecque a assuré que ces détails « n’affectaient pas l’esprit général de l’accord ». Selon le quotidien Kathimerini, la Grèce a dû s’engager pour arracher l’accord à mener immédiatement 35 réformes dans tous les secteurs économiques. Parmi les pays européens, l’avis de l’Allemagne sera particulièrement scruté. Berlin s’est montrée partisane ces derniers jours de prendre le temps de conclure un accord « solide », quitte à offrir à Athènes un prêt-relais dans les prochains jours pour lui permettre d’honorer un paiement de 3,4 milliards d’euros dû à la BCE le 20 août.

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on Pinterest

Chargement...