Urbanisme

Lakhiayta, la ville verte de futur

Lakhiayta, la ville verte de futur Lakhiayta
  • Marocains partout
  • 26 Octobre 2015 - 11:38
  • Rédaction

Le ministre de l’Habitat et de la Politique de la ville, Mohamed Nabil Benabdallah, a effectué vendredi une visite de terrain à la ville nouvelle de Lakhiayta pour s’informer sur l’état d’avancement de la ville, positionnée au cœur de la région Casablanca-Settat et ce, en compagnie du président du Groupe Al Omrane et en présence des autorités locales. Lakhiayta, comme l’a souligné Nabil Benabdallah, s’inscrit dans le cadre du programme des villes nouvelles, qui vise la création d’une offre variée en logements selon les différentes couches sociales tout en répondant aux principes du développement durable. Le ministre s’est rendu au nouveau collège public qui sera ouvert dès cette année scolaire et qui desservira aussi bien les habitants de Lakhiayta que ceux de la commune urbaine de Had Soualem. Il a également visité plusieurs autres projets pour voir l’état d’avancement des travaux, dont le programme des logements sociaux Assanaoubar et le programme Arrihane relatif aux logements à 140.000 DH et le projet de villas semi-finies nouvellement réceptionnées par la Société Al Omrane Lakhiayta, témoignant ainsi l’importance donnée par le Groupe Al Omrane à la mixité sociale dans le but de créer une ville intégrative et inclusive.

Attractivité

« Le Groupe Al Omrane œuvre avec ses différents partenaires pour la réalisation de plusieurs autres équipements de proximité au Pôle I, et ce dans l’objectif d’augmenter son attractivité et assurer un niveau d’équipement digne d’une nouvelle cité aux portes de la capitale économique du Royaume (4 équipements publics et 6 équipements de proximité à l’Horizon 2016) », a pour sa part, expliqué le président du Groupe Al Omrane, Badre Kanouni. La conception de la cité, chapeautée par le Groupe Al Omrane, a mis l’accent de façon équilibrée sur les activités, les équipements et les loisirs. Lakhiayta ne sera donc pas une ville dortoir. Et elle devrait accueillir 300.000 personnes. Un parc industriel dédié à l’agro-industrie y est également prévu et devra créer pas moins de 4.200 emplois directs et 80.000 emplois indirects. Le plan d’aménagement prévoit un axe Affaires, en liaison avec la gare, une zone industrielle comprenant un pôle d’activités et une technopole ainsi que sa logistique, une zone résidentielle sur une colline en pente douce, des programmes de logements aux typologies diversifiées allant du résidentiel au social.

Ecologie

Un plan vert intègre aussi bien la préservation du paysage naturel, composé de petites forêts qu’il est prévu de réhabiliter et d’enrichir, que la création d’environ 70 hectares d’espaces verts, répartis sur l’ensemble du territoire. L’urbanisation devrait d’autre part être limitée par la création d’une zone agro-urbaine, constituée de potagers urbains, contrôlés et encadrés en matière de plantations. Dans le cadre d’un urbanisme de développement durable, assurer la gestion efficace de l’ensemble des flux (eaux pluviales, eaux usées, gaz, électricité, déchets solides) passe par des équipements coûteux : une station de traitement des eaux usées, des systèmes de récupération des eaux de pluies, etc. Il s’agit aussi d’opérer une révolution culturelle en imposant à chaque habitant le tri de ses déchets. La ville de Lakhiayta est conçue de manière suffisamment optimale pour réduire la consommation énergétique. Une charte et un cahier des charges guident architectes, promoteurs, voire résidents vers des solutions d’isolation thermique, de chauffe eau solaire…etc. Last but not least, en matière de production énergétique, les équipements de la ville devront diminuer les émanations de gazes à effet de serre en substituant aux énergies fossiles polluantes des énergies propres renouvelables comme c’est le cas de l’éclairage public alimenté par les panneaux solaires.

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on Pinterest

Chargement...