Musique

L’Arabesque de Marouan Benabdellah éblouie les Portugais

L’Arabesque de Marouan Benabdellah éblouie les Portugais
  • Marocains partout
  • 30 Mai 2016 - 13:24
  • MAP

Le talentueux pianiste marocain Marouan Benabdellah a émerveillé le public, jeudi 26 mai au Palais de Pena  de la ville portugaise, Sintra, située à l’ouest de Lisbonne en interprétant son nouveau récital « Arabesque » consacré aux compositeurs classiques du monde arabe. Marouan en, qui s’est produit dans le cadre de la 51e édition du Festival de Sintra, a puisé dans un répertoire quasiment inconnu du grand public dans lequel se mêlent les modes et les rythmes de la musique arabe avec les formes et les structures de la musique classique occidentale, créant une synthèse originale et unique.

Certaines pièces de ce programme ont une inspiration religieuse, telles que « La nuit du destin » de Dia Succari faisant allusion à la 27e nuit bénie du mois sacré du Ramadan, ou « Badrou Hosnen » de Zad Moultaka composée dans le Maqam Siba, l’un des modes employés pour la psalmodie du Coran, ou encore « Al Male Rahamim » de Mohammed Fairouz, une prière faisant partie du rite funéraire juif. « Je suis très heureux de présenter ces compositeurs du monde arabe dans ce lieu très inspirant », a confié Marouan Benabdellah. Il est, dit-il, de «notre devoir en tant que musulmans modérés de projeter une image modérée de notre culture et de notre civilisation». A travers ces compositeurs classiques et leurs parcours artistiques, l’on voit bien que les ponts entre les cultures existent et qu’il suffit à présent de les renforcer, a renchéri le pianiste.

Pour Marouan Benabdellah, un Marocain de mère hongroise, les civilisations et les cultures sont compatibles l’une avec l’autre. « Quand je joue une pièce d’un compositeur chrétien sur une thématique musulmane et que ça donne une belle composition, cela montre qu’en dépit des différences, les esprits chrétiens et musulmans sont bien compatibles quelque part ». Le jeune pianiste, qui se produit pour la troisième fois au Portugal, s’est félicité par ailleurs de pouvoir poursuivre son projet et découvrir de nouveaux compositeurs pour les présenter au public qui est lui-même « très réceptif et intéressé de revisiter tels compositeurs peu connus ».

Marouan Benabdellah est attendu prochainement à Madrid pour un concert de quatre pianos, puis plus tard en Chine, avant d’entamer une grande tournée en Inde et aux Etats Unis.  Né à Rabat en 1982, l’artiste s’est initié au piano à l’âge de 4 ans avant de quitter le Maroc à 13 ans afin de poursuivre ses études musicales en Hongrie au Conservatoire Béla Bartok, puis à l’Académie Franz Liszt de Budapest. Il est lauréat de nombreux concours internationaux, notamment le deuxième Prix du Concours de la Radio Hongroise (2003), le Grand Prix, le Prix Principat d’Andorra, le deuxième Prix du Concours international de Naples en 2004, le Premier Prix au concours Andor Foldes de Budapest en 2005 et en 2006, le deuxième Prix au Concours international de Gorizia (Italie). Lancé en 1957, le festival de Sintra est considéré comme le premier festival de piano du pays, qui s’est ouvert par la suite à d’autres formes d’expression artistique telles que le ballet, la musique de chambre, le théâtre et l’opéra.

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on Pinterest

Chargement...