Justice

Latifa Ibn Ziaten veut poursuivre l’Etat français

Latifa Ibn Ziaten veut poursuivre l’Etat français Latifa Ibn Ziaten, mother of a French soldier who was killed by an Islamist gunman in March 2012, delivers a speech after receiving the Chirac Foundation award for her work promoting inter-religious dialogue, in Paris on November 19, 2015. Latifa Ibn Ziaten is the mother of French soldier Imad Ibn Ziaten who was killed by Islamist gunman Mohamed Merah in March 2012. AFP PHOTO / POOL / JACQUES BRINON / AFP / POOL / JACQUES BRINON
  • Marocains partout
  • 13 Juillet 2016 - 19:50
  • Rédaction (Paris)

Latifa Ibn Ziaten, la mère du premier soldat tué par Mohamed Merah à Montauban en 2012, envisage de porter plainte contre l’Etat français. La Marocaine, qui mène depuis un combat contre la radicalisation, l’a fait savoir ce mercredi. « Je vais voir avec mes avocats. Oui, peut-être, je vais porter plainte », a-t-elle confirmé au journal Le Parisien. Une décision qui intervient à la veille du verdict du tribunal administratif de Nîmes reconnaissant pour la première fois la part de responsabilité de l’Etat français dans la mort d’un autre soldat Abel Chennouf. Le tribunal nîmois a estimé que « la décision de supprimer toute mesure de surveillance de Mohamed Merah, prise à la fin de l’année 2011 (…) est constitutive d’une faute engageant la responsabilité de l’Etat ». « Cette faute a compromis les chances d’empêcher l’attentat », précise le tribunal, qui « fixe à un tiers la part de responsabilité de l’Etat ». Pour Latifa Ibn Ziaten, qui souhaite toujours « savoir la vérité » sur les circonstances de la mort de son fils, c’est une décision « importante ».

Latifa Ibn Ziaten accuse, en effet, l’Etat de l’avoir tenue dans le flou total après la tuerie de Toulouse: « Pendant quatre jours, c’était mon fils qui était soupçonné et non Merah. Mon fils était à la morgue et je ne pouvais même pas aller le voir ». Après la mort de son fils, le 11 mars 2012, Latifa Ibn Ziaten a lancé son association « Imad Ibn Ziaten pour la jeunesse et la paix ». Depuis, elle parcourt la France et le Maroc à la rencontre des politiques, des parents et des adolescents pour lutter contre la radicalisation et le terrorisme. Deux réalisateurs français, Olivier Peyon et Cyril Brody, ont décidé de produire un documentaire sur son combat. Ils ont lancé une campagne de crowdfounding le 2 mai dernier pour le financer. Au-delà du simple portrait ce documentaire titré Latifa, le cœur au combat sera « un état des lieux de la France d’aujourd’hui et des problèmes qui la rongent : immigration, terrorisme, antisémitisme, éducation, religion, laïcité, vivre ensemble… », écrivent-ils.

 

 

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on Pinterest

Chargement...