Manifestations

L’autre loi Travail qui déclenche grèves et manifs

L’autre loi Travail qui déclenche grèves et manifs
  • Marocains partout
  • 25 Mai 2016 - 13:24
  • Rédaction (Avec agences)

Le ministre belge de l’emploi Kris Peeters a annoncé mi-février une réforme sur l’organisation du travail, applicable dès le 1er janvier 2017. Une réforme visant à assouplir les règlementations pour mieux lutter contre le chômage. Mais comme en France, cette loi Travail ne fait pas que des heureux et les opposants commencent à se faire entendre… Revêtus de chasubles vertes, rouges et bleues aux couleurs des trois principaux syndicats du pays, les manifestants ont débarqué de Flandre et de Wallonie pour prendre part à la manifestation, première étape d’une série d’actions contre le gouvernement de droite qui s’égrèneront jusqu’à l’automne, selon les syndicats.

Selon la police, quelque 50.000 personnes ont pris part mardi au mouvement, qui entraîne des perturbations notamment dans les transports en commun. Les responsables syndicaux fustigent une réforme du ministre de l’Emploi Kris Peeters prévoyant « l’annualisation » du temps de travail, avec la possibilité pour les employeurs d’imposer des semaines de 45 heures suivies de périodes à horaires allégés. Les manifestants, qui lançaient de nombreux pétards, ont traversé la capitale belge par les grands boulevards pour se diriger vers la gare du Midi. La Belgique est dirigée depuis octobre 2014 par une coalition de quatre partis de droite, trois néerlandophones (dont le parti nationaliste flamand N-VA) et un francophone, la formation libérale Mouvement réformateur (MR) du Premier ministre Charles Michel.

Annoncée à la mi-février puis en détail début avril par le vice-premier ministre et ministre de l’Emploi Kris Peeters, la « loi Travail belge » vise à appliquer à compter du 1er janvier 2017 « l’innovation sociale » au droit du travail afin d’assouplir son organisation en le rendant « faisable et maniable ». Une rapide lecture de la présentation du projet de loi laisse entrevoir plusieurs similarités avec le très controversé projet de loi Travail français -adopté le 10 mai à l’Assemblée nationale via le recours à l’article 49-3 de la Constitution-, mais des différences existent néanmoins, comme le note dans son analyse comparative le quotidien La Libre Belgique. Parmi ses mesures les plus emblématiques, cette réforme du travail veut annualiser la durée hebdomadaire moyenne du temps de travail, en respectant néanmoins une durée journalière de 9 heures et hebdomadaire de… 45 heures, contre 38 actuellement ainsi qu’une durée trimestrielle (143 heures).

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on Pinterest

Chargement...