Politique d’asile

L’humain au cœur du processus

L’humain au cœur du processus Une politique courageuse
  • Marocains partout
  • 16 Mai 2015 - 21:46
  • Meriem Lyoussoufi

 

Le Maroc a opté pour une politique d’asile qui se veut une approche humanitaire  dans la mesure où elle place l’humain au cœur des préoccupations. Décryptage.  

Il y a dix-huit mois, débutait l’opération exceptionnelle de régularisation des étrangers, majoritairement issus d’Afrique subsaharienne. Au delà des chiffres, il est opportun de souligner la singularité et l’ambition de cette politique qui se veut avant tout une approche humanitaire, juridique et sociale voulue par le souverain. Car il ne suffit pas d’offrir des cartes de séjour, mais encore faut-il mettre en place une politique d’accompagnement multidimensionnelle en vue, comme l’a souvent dit Anis Birrou, le ministre chargé des MRE et des Affaires de la migration, de «favoriser une intégration harmonieuse de cette population à travers notamment l’accès aux services de base (santé, éducation, emploi) tout en identifiant les défis qui se posent».

C’est dire la complexité du chantier et la responsabilité qu’elle induit pour les autorités marocaines. L’approche adoptée par le ministère des MRE en coordination avec l’ensemble des départements concernés repose sur quatre objectifs stratégiques, à savoir la facilitation de l’intégration des immigrés régularisés, la mise à niveau du cadre réglementaire, la mise en place d’un cadre institutionnel adapté et la gestion des flux migratoires dans le respect des droits de l’Homme. Cette vision stratégique s’est traduite à travers 11 programmes d’actions (7 programmes sectoriels et 4 transversaux), lesquels sont détaillés en 27 objectifs spécifiques qui se déclinent, pour leur tour, en 81 actions et projets. Ces programmes concernent, en effet, l’éducation et la culture, la jeunesse et les loisirs, la santé, le logement, l’assistance sociale et humanitaire, la formation professionnelle, l’emploi, la gestion des flux migratoires et la lutte contre la traite des êtres humains, la coopération et les partenariats internationaux, le cadre réglementaire et conventionnel en plus de la gouvernance et la communication.

L’enjeu étant de mettre en place une politique de l’immigration et de l’asile qui puisse s’inscrire dans la continuité par-delà le changement des majorités. Ce chantier énorme prévoit aussi la mise en place d’un cadre juridique spécifique à travers des projets de loi comme celui sur l’asile qui devra se pencher sur la définition de réfugiés et la protection subsidiaire, ainsi que la création d’un bureau des réfugiés et des apatrides et la procédure de demande d’asile et les recours contre les demandes rejetées. Le second projet de loi prévoit tout un arsenal juridique afin de lutter contre la traite des êtres humains. Et le troisième projet de loi, celui relatif à l’immigration, contient des dispositions qui devront garantir les droits et les libertés des étrangers ainsi que leurs obligations depuis leur entrée et leur séjour sur le territoire marocain jusqu’à la sortie du Maroc. Tout un programme…

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on Pinterest

Chargement...