COP 21 – Interview

Miriem Bensalah : «La CGEM a un rôle de sensibilisation»

Miriem Bensalah : «La CGEM a un rôle de sensibilisation» Miriem Bensalah Chaqroun
  • Marocains partout
  • 13 Décembre 2015 - 11:46
  • Abderrahim Bourkia (Paris)

RENCONTRE – Pour Miriem Bensalah Chaqroun, président de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), pas question de freiner le développement du pays, mais en respectant les engagements en matière de lutte contre le réchauffement climatique.

Marocainspartout : Que pouvez-vous nous dire sur l’expérience marocaine en matière de lutte contre les changements climatiques et les efforts que déploient les industriels marocains dans ce sens ?

Miriem Bensalah Chaqroun : Le Maroc est précurseur parmi les pays émergents dans la mise en place de plusieurs politiques énergétiques. Nous avons une stratégie dotée d’un plan énergétique claire qui place le Maroc comme le premier en matière d’énergies renouvelables à moindre coûts : solaire, hydraulique et éolien. Le secteur privé a pris conscience depuis longtemps en s’engageant auprès du partenariat fort comme celle avec la Fondation Mohammed VI pour la protection de l’environnement et d’autres partenaires. Il opère sur plusieurs chantiers. Le secteur privé est partie prenante pour créer des métiers qui accompagnent cette stratégie en tant qu’utilisateur d’énergies renouvelables à moindre coût.

Comment s’effectuent ces efforts ?

Le Maroc aujourd’hui produit de l’éolien à un coût intéressant  car si on compare les autres sources d’énergie, l’éolien commence à devenir très compétitif. De plus en plus d’entreprises marocaines évaluent leurs émissions en gaz à effet de serre. Elles sont socialement et environnementalement responsables. Il y a une véritable dynamique conformément à la vision de Sa Majesté le Roi Mohammed VI de faire du Maroc une «économie décarbonée». D’où notamment l’interdiction des OMG ou encore l’utilisation des déchets. Les entreprises qui mesurent les émissions, travaillent à les réduire et puis les compenser. Au niveau du secteur privé, on est dans une démarche volontariste afin de pouvoir accompagner les différentes politiques. On voit ça comme une opportunité pour repenser le business autrement et introduire d’autres mesures encore plus responsables.

 Que est ce que vous allez proposer pour la préparation de la COP 22 au Maroc ?

 Pour la COP 22, tout comme pour la COP 21, nous au sein de la CGEM  avec les entreprises partenaires qui se sont déplacées, nous allons faire notre bilan carbone et nous allons le compenser. On va probablement organiser le Business & Climate Summit. On va également organiser le Business and Climate Summit entre les ONG et la société civile,  la CGEM et le gouvernement. Et enfin, on va s’élargir sur plusieurs patronats et associations d’entrepreneurs. Nous avons un rôle de sensibilisation et de mobilisation du secteur privé pour être porteur de solutions intégrées. C’est la démarche sur laquelle nous vaudrions s’inscrire au sein de la CGEM. Il y a d’ailleurs un partenariat fort entre la CGEM et le Medef. Ici à Paris, en marge de la COP 21, nous avons eu avec le patronat français toute une journée de travail.

Propos recueillis

par Abderrahim Bourkia

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on Pinterest

Chargement...