Mahal Expo – Entretien

Mohamed El Ouahdoudi : « Le halal est une opportunité à saisir »

Mohamed El Ouahdoudi : « Le halal est une opportunité à saisir » Mohamed El Ouahdoudi
  • Marocains partout
  • 15 Septembre 2015 - 18:04
  • Rédaction

RENCONTRE Casablanca accueille du 15 au 17 octobre la 4e édition Expo Halal International. Fondateur et tête pensante du salon, Mohamed El Ouahdoudi, un marocain installé en France, dévoile les ambitions du Mahal Expo et revient en détail sur le concept novateur de l’événement.

Marocainspartout : D’où est venue l’idée d’un salon du halal au Maroc ?

Mohamed El Ouahdoudi : L’idée m’est venue en France, où j’ai vu émerger un salon du halal pour le marché français dès 2003, suivi par d’autres expériences dans des pays européens et asiatiques. Mais il ne suffit pas d’avoir l’idée, encore faut-il la concrétiser et choisir le bon moment pour le faire. De mon second pays, la France, j’ai eu la chance de garder en permanence le contact avec le Maroc, et d’établir le lien entre trois composantes de l’économie marocaine: une infrastructure logistique de premier plan, des produits agricoles d’une qualité incontestable, et une législation qui applique les principes de l’Islam dans les processus industriels. En reliant ces trois atouts, on arrive à la conclusion que le Maroc est bien outillé pour être un acteur des marchés du halal à l’export. Des centaines de milliards d’euros sont en jeu, et personne n’avait pensé à créer une plate forme commerciale marocaine pour les marchés halal! Je signale au passage qu’il existe de nombreuses opportunités encore à découvrir. Il n y a pas que le pétrole ou l’or à trouver…

A l’occasion de la tenue de la 10e Convention France Maghreb à Marrakech en septembre 2011, j’ai sollicité avec le précieux appui de l’Association du Grand Atlas le haut patronage de Sa Majesté, en mettant en avant l’idée d’organiser Expo Halal annuellement au Maroc. Le top départ était donné, et c’est le Centre régional d’investissement de Meknès qui m’a convaincu, avec le wali de l’époque, de le lancer dans la ville du SIAM, le salon de l’agriculture. Au fil des éditions j’ai eu la conviction que si la Malaisie est devenue leader dans le domaine, c’est aussi parce qu’elle organise le Mihas, un salon international soutenu par l’ensemble des acteurs économiques. Au Maroc aussi on peut y arriver, à condition que Mahal Expo soit soutenu avec conviction. Les hommes d’affaires marocains sont connus pour être des chasseurs solitaires et individualistes ; ils doivent évoluer vers des comportements de jeux collectifs ! Grâce au travail effectué par Maroc Export, les mentalités évoluent, cet organisme public entraîne les entreprises marocaines à prospecter ensemble, à créer des synergies.

Le marché du halal est actuellement en plein essor. Où en est on aujourd’hui ?  Y-a-t-il une greffe made in morroco ?

Après trois éditions, Expo Halal International a contribué à la mise en place de plusieurs projets : une norme halal, un club d’entreprises exportatrices du halal, et surtout une prise de conscience que le Maroc a de sérieuses chances de devenir un des leaders de ces marchés, qui sont dominés paradoxalement par les pays occidentaux, du fait de la haute qualité de leur processus industriel, et de leur professionnalisme dans le marketing, la gestion et le commerce international. Les exportations agroalimentaires marocaines sont en principe toutes halal, toutefois certains exportateurs se trouvent confrontés à des demandes de certification halal ou casher, ce qui les pousse à les solliciter soit au Maroc, soit dans les pays concernés. Attention, le fait d’avoir une certification halal ne suffit pas pour gagner des marchés.  Avec la sortie de la loi sur la finance islamique, le Maroc a désormais toutes les accréditations pour être reconnu en tant qu’acteur crédible dans l’export halal. Après c’est la volonté des entreprises d’être véritablement insérées dans cette économie qui connaît des règles très strictes, une concurrence acharnée, et nécessite de la rigueur et du professionnalisme à tous les stades.

Quels types de produits halal qui cartonnent le plus ?

Globalement, c’est le domaine des viandes et dérivés qui occupe la première place dans les marchés du halal. Arrivent ensuite tous les produits consommés par les musulmans de part le monde, tous les produits agroalimentaires sont concernés, à commencer par les confiseries qui sont concernés par l’utilisation des gélatines porcines. Ces dernières années des boissons festives, alternatives aux boissons alcoolisées ont vu le jour. Mahal Expo leur a donné une place de choix, étant l’expression d’une grande créativité au service de tous publics. Les cosmétiques ne sont pas en reste, puisque les consommatrices musulmanes sont de plus en plus friandes de produits de maquillage sans alcool ni gélatine porcine.

Les produits bio ont également le vent en poupe, et nous espérons que la convergence Bio et Halal sera au rendez-vous du prochain Mahal Expo. En Europe, il existe de nombreuses initiatives alliant le halal et le bio, c’est une tendance à suivre de près. De fait ce sont les consommateurs qui définissent de par le monde les produits halal qui ont du succès. Et les consommateurs ne se ressemblent pas, y compris dans un même pays. En Asie les produits halal en vogue vont jusqu’aux tissus, objets d’ameublement, et même les vaccins halal, ce domaine médical offre un grand potentiel,  il mobilise déjà des financements importants pour son développement en Malaisie. Sur ce plan, nous essayons à Mahal Expo de garder la « tête froide » mais également de sensibiliser les entreprises pour qu’elles accordent toute l’attention aux souhaits des consommateurs. Au Maroc les entreprises continuent à raisonner uniquement sur le marché local, alors que les bénéfices sont à chercher à une échelle internationale, ne serait-ce qu’en prenant en compte les besoins des pays d’Afrique sub-saharienne.

Vous vous attendez à combien d’exposants cette année ?

Nous avons déjà une base d’une centaine d’exposants qui ont participé aux trois premières éditions. A cette base, qui ne sera pas toute représentée cette année, nous espérons apporter de nouveaux acteurs du Maroc et de l’international. Notre choix s’est porté sur le thème des acheteurs et des centrales d’achats cette année, avec l’appui de Maroc Export, car nous souhaitons que Mahal Expo devienne un espace international de rencontre entre les acheteurs internationaux et les producteurs du halal au Maroc. Grâce à un réseau de partenaires commerciaux, Hub Export au Maroc et le cabinet WINK à l’international ; grâce à notre partenariat renouvelé avec le Club Halal Bruxelles, et à la co-organisation du salon avec l’OFEC, nous avons mis toutes les chances de notre côté afin que Mahal Expo soit le grand rendez-vous des professionnels du Halal dans le pourtour méditerranéen et à l’échelle africaine. Cette année nous avons sollicité le haut patronage de Sa Majesté après avoir bien rodé l’organisation du salon, et identifié une stratégie gagnante sur les prochaines années.

Croyiez-vous que le Maroc possède les atouts nécessaires pour offrir des produits halal fortement concurrentiels ?

Absolument, la matière première est de qualité, il reste à la valoriser et la faire porter par une dynamique professionnelle. En tant que pays musulman modéré, le Maroc attire à la fois les consommateurs musulmans du monde entier, et les entreprises internationales qui trouvent dans le pays tous les ingrédients pour produire sur place. La création de la Fondation Mohammed VI dédiée aux pays africains sub-sahariens dans le domaine religieux est une clé importante pour le halal made in Morocco. A nous d’être réactifs et efficaces pour accompagner le mouvement sur le plan agro alimentaire et les autres domaines économiques liés aux marchés du halal.

Si les atouts ne manquent pas, les entreprises marocaines qui s’engagent dans les marchés du halal se doivent d’être éthiquement irréprochables. Hélas nous avons déjà plusieurs sociétés marocaines qui ont bénéficié de nos services, et ne respectent aucun contrat, elles cherchent juste à récupérer nos contacts d’acheteurs et de réseaux d’affaires. Travailler dans les marchés du halal c’est aussi être respectueux du droit des affaires, et des partenaires !  Nous offrons à nos exposants non seulement une période de salon très dense (exposition, conférences, rendez-vous d’affaires, trophées..), mais également un accompagnement tout au long de l’année, je crois que nous ne sommes pas nombreux à pousser aussi loin le soin apporté aux exposants ! J’aimerai pour conclure souligner l’importance des Marocains du monde dans les marchés du halal, même si elle semble évidente. Ils sont à la fois consommateurs, producteurs, prescripteurs, et acteurs à part entière. Ils sont la cible première de Mahal Expo car c’est eux qui sont le lien entre le Maroc et le reste du monde. J’espère sincèrement que les entreprises et les décideurs au Maroc en soient bien conscients et qu’ils les intègrent dans leur stratégie à tous les niveaux.

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on Pinterest

Chargement...