Vivre en Italie

Nadia Khdaidi : « Je suis une travailleuse forcenée »

Nadia Khdaidi : « Je suis une travailleuse forcenée » Nadia Khdaidi
  • Marocains partout
  • 06 Septembre 2015 - 15:00
  • Sara Naoual

 

Arrivée en Italie il y a 29 ans, Nadia Khdaidi a vécu une passion pour un pays dont elle est tombée amoureuse. Mannequin puis chargée de relations publiques, elle occupe aujourd’hui le poste de responsable des relations internationales de la protection civile italienne. Rencontre avec une femme qui aime les défis.

Marocainspartout : Parlez-nous un peu de vous ?

Nadia Khdaidi : Je suis une tangéroise qui habite à Rome, depuis presque 29 ans.  Quand je suis arrivé en Italie, j’ai beaucoup apprécié cette ville. Au début, il y a eu une difficulté qui c’était la langue. La première des  choses que j’ai donc faite c’était de m’inscrire dans une école pour apprendre l’italien. Puis, j’ai intègre une école de mannequina. J’ai travaillé huit ans comme mannequin  avant de démarrer dans une carrière en relations publiques. J’ai ainsi travaillé pour Armani où j’occupais de la promotion à l’internationale de leurs  boutiques. Dix ans plus tard, j’ai changé de ville et de travail afin de bosser pour une société privée. Un jour, je décroche un boulot au sein du parlement italien. C’était une expérience plus qu’enrichissante puisque j’étais à la présidence du conseil des ministres.

Parlez-nous de votre travail actuel ? 

Aujourd’hui je m’en occupe des relations internationales de la protection civile italienne au niveau mondial. Et plus particulièrement au niveau de la commission européen. On effectue également des études sur les catastrophes naturels et les moyens d’y faire face. Je suis aussi responsable de délégations internationales et coordinatrice au sein du service en charge de communication avec les ambassades étrangères en Italie.

 Parlez-nous un peu de votre quotidien ? Comment se passe une journée normale chez vous ? 

Je suis une travailleuse forcenée : le travail bien fait, j’aime ça. Je trouve d’ailleurs qu’une journée n’est jamais suffisante. Je commence à travailler des 8 heures du matin jusqu’à 8 heures du soir. Je passe une grande partie de mes journées au bureau à envoyer et recevoir des emails, à étudier  la documentation et à répondre aux lettres des ambassadeurs. J’adore sortir, partir au ciné ou au théâtre. Mais je ne peux le faire que week-end et encore… Le bon côté des choses, c’est que j’adore mon boulot.

Quels sont vos  projets pour l’avenir ?

J’aimerai faire quelque chose d’utile pour la communauté et aussi pour mon pays, le Maroc. Je pense de plus en plus sérieusement à créer une association. J’aimerai aussi travailler avec les structures déjà existantes afin d’améliorer le quotidien des Marocains Résidant à l’Étranger. Il y a plein de choses qu’on peut faire, tellement de choses qu’on peut améliorer et les bonnes volontés, il y a pas ça qui manque…

Propos recueillis
par Sara Naoual

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on Pinterest

Chargement...