Colloque

Les œuvres d’art, une passion qui se cultive

Les œuvres d’art, une passion qui se cultive
  • Marocains partout
  • 18 Mai 2016 - 13:14
  • Avec MAP

La mise en place d’une structure chargée de valider et d’acquérir les œuvres d’art a été au centre d’une réunion tenue, mardi à Rabat, entre la Fondation nationale des musées (FNM) et des acteurs œuvrant dans le domaine de l’art (galeristes, musées privés, marchands d’arts, entre autres). Cette rencontre, à laquelle ont pris part un parterre de professionnels de l’art, a été l’occasion de débattre des défis auxquels sont confrontés le domaine muséal et le marché de l’art au Maroc, a affirmé le directeur du Musée Mohammed VI d’art moderne et contemporain (MMVI), Abdelaziz Idrissi, précisant que le thème de l’acquisition des œuvres d’art a été au centre de ces discussions.

Cette réunion avec les différents intervenants constitue une opportunité pour discuter des thèmes liés à l’acquisition des œuvres d’art, puisque « c’est la première fois que la FNM va mettre en place une structure chargée de valider et d’acquérir les œuvres d’art », a-t-il souligné, ajoutant que cette institution a réussi à réduire la TVA de 20 à 10 pc sur les créations artistiques. Pour sa part, le président de la FNM, Mehdi Qotbi, a indiqué de cette rencontre, qui a eu lieu à la veille de la Journée internationale des musées (18 mai), constitue une occasion pour la Fondation de réunir tous les professionnels de l’art autour d’une réflexion commune sur les moyens de promouvoir davantage le patrimoine marocain et de lui assurer une meilleure visibilité en vue de les inciter à travailler ensemble, ainsi qu’à mettre à leur disposition les éléments nécessaires pour encourager la création artistique au Maroc.

« La célébration de cette Journée coïncide avec le centenaire de la création du premier musée au Maroc, en l’occurrence le Musée de Rabat, qui portera, désormais, le nom du « Musée des Bronzes » », a-t-il tenu à rappeler. L’objectif de cette manifestation ayant réuni les trois maillons de la chaine artistique (galeristes, marchands d’art et salles de vente et responsables des musées), est, dit-il, de « leur insuffler une manière de collaborer et de les impliquer dans tout ce que la Fondation compte faire, car nous avons tous besoin les uns des autres ».

Aziz Daki, galeriste à « l’Atelier 21 » de Casablanca, s’est lui félicité de cette initiative « louable et attendue depuis longtemps ». Le MMVI est poursuit M. Daki, une institution « très importante » dans la dynamique et le développement des arts plastiques. Ainsi, ajoute-t-il, cette institution a, en un peu de temps, su montrer grâce à une programmation de qualité, qu’elle a une capacité d’attraction en direction de grands artistes de renom à l’échelle internationale, comme César et Giacometti et peut également impulser des actions en direction d’artistes contemporains comme l’artiste avant-gardiste, Faouzi Laatiris. « Le travail que font les galeries ne peut porter ses fruits sans une institution muséale, et l’institution a, à son tour, besoin de galeries parce qu’ils prennent part à la genèse de la création des artistes. Le rôle du musée est de propulser les acquisitions, d’encourager et de soutenir le travail des galeries professionnelles », a-t-il conclu.

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on Pinterest

Chargement...