Fête du trône

Ce qu’il faut retenir du discours du roi Mohammed VI

Ce qu’il faut retenir du discours du roi Mohammed VI
  • Marocains partout
  • 01 Août 2016 - 14:41
  • Rédaction (Avec MAP)

SM le roi Mohammed VI a adressé, samedi 30 juillet un discours à l’occasion du 17e anniversaire de son accession sur le trône. Après avoir souhaité aux Marocains qu’ils puissent mener « une vie digne au présent, envisager l’avenir avec sérénité et confiance, vivre dans la sécurité et la stabilité constantes, en gardant à l’esprit que la jouissance des droits va de pair avec l’accomplissement des devoirs », le souverain a rappelé que le Maroc avait réussi, au cours des dix-sept dernières années, « à réaliser des réformes politiques profondes, des chantiers économiques majeurs et des projets de développement humain qui ont changé la physionomie du Maroc».

Marocains du Monde

«Notre intérêt pour les questions qui préoccupent les citoyens à l’intérieur du Maroc, n’a d’égal que l’attention que Nous réservons aux affaires des membres de la Communauté résidant à l’étranger. En effet, Nous apprécions à sa juste valeur leur contribution au développement de leur pays et à la défense de ses intérêts supérieurs. Nous sommes fier aussi de leur attachement à leur patrie et du nombre croissant de ceux qui, chaque année, se font un devoir de rentrer retrouver les leurs, en dépit de la fatigue et des désagréments du voyage et des difficultés qu’ils rencontrent. Nous leur renouvelons et réaffirmons, chaque fois et en toute occasion, nos remerciements et soulignons la nécessité de s’occuper comme il se doit des questions qui les touchent, que ce soit à l’intérieur de la patrie ou dans les pays de résidence. En cela, il n’y a pas d’exagération de notre part car, en réalité, ils le méritent amplement et bien plus», a indiqué le roi. «Il Nous a déjà été donné d’insister sur la nécessité d’améliorer les prestations qui leur sont fournies et de nous enquérir de certains modèles de services adoptés à cette fin. Mais, en dépit des réformes et des dispositions qui ont déjà été prises, celles-ci demeurent insuffisantes. D’où la nécessité de faire preuve d’un plus grand sérieux et d’un engagement plus fort de la part des consuls et des fonctionnaires pour être au service de la communauté et de ses affaires», a affirmé le souverain.

Intégrité territoriale

«La politique extérieure de notre pays s’appuie sur la diplomatie de la parole et de l’acte, tant en ce qui concerne la défense de la marocanité du Sahara que pour ce qui est de la diversification des partenariats ou de l’implication dans les questions et les problématiques internationales d’actualité», a poursuivi le roi. «Si certains ont tenté de faire de 2016 une année décisive, le Maroc a, pour sa part, réussi à en faire l’année de fermeté concernant la préservation de son intégrité territoriale. En effet, forts de notre foi en la justesse de notre cause, nous avons fait face, avec la plus grande fermeté, aux déclarations fallacieuses et aux agissements irresponsables qui ont entaché la gestion du dossier du Sahara marocain. Nous avons également pris les mesures qui s’imposaient pour stopper ces dérapages périlleux », a-t-il rappelé, indiquant que le Maroc continuerait « à défendre ses droits ».

Elections législatives

Alors que se profile l’organisation, en octobre prochain, des élections législatives, Mohammed VI a tenu à rappeler qu’en tant que roi, il « ne participe à aucune élection, et n’adhère à aucun parti ». «Tous les acteurs, candidats et partis confondus, doivent, donc, se garder d’instrumentaliser le roi dans quelque lutte électorale ou partisane que ce soit», a-t-il indiqué. «Nous sommes face à un tournant décisif pour remettre les choses à leur place: en passant d’une étape où les partis se servaient des élections comme mécanisme d’accès à l’exercice du pouvoir, à une autre étape où le dernier mot revient au citoyen qui doit assumer ses responsabilités pour ce qui est de choisir les élus et de leur demander des comptes », a ajouté le souverain. «C’est le citoyen – et non les partis et les candidats – qui est l’élément le plus important de l’opération électorale», a encore rappelé le roi, indiquant que le citoyen a le pouvoir de «demander des comptes».

Lutte anti-terrorisme

Au sujet de la sécurité, le roi a tenu à exprimer, aux différents services de sécurité, sa considération «pour les efforts inlassables et les sacrifices énormes qu’ils consentent dans l’accomplissement de leur devoir national» et pour «l’efficacité qui caractérise l’action qu’ils mènent pour anticiper et mettre en échec les menées terroristes qui tentent désespérément d’effrayer les citoyens et de porter atteinte à la sécurité et à l’ordre public». «Nous avons conscience des conditions difficiles dans lesquelles travaillent les femmes et les hommes de la Sécurité, en raison de l’insuffisance des moyens à leur disposition. En effet, ils sont à pied d’œuvre de jour comme de nuit, vivent sous pression et s’exposent au danger dans l’exercice de leurs fonctions», a-t-il indiqué, invitant «le gouvernement à assurer à l’Administration sécuritaire les ressources humaines et financières qui lui sont nécessaires pour remplir ses missions comme il se doit».

L’Afrique, une priorité  

«Et c’est précisément pour conforter cette politique africaine sincère que Nous avons annoncé au cours du 27e Sommet africain, la décision du Maroc de réintégrer sa famille institutionnelle africaine. Il est évident que cette décision ne signifie en aucune manière le renoncement du Maroc à ses droits légitimes, ou la reconnaissance d’une entité fictive dénuée des attributs les plus élémentaires de souveraineté, et qu’on a fait entrer au sein de l’Organisation de l’Unité africaine, en violation flagrante de sa Charte», a-t-il indiqué. «Le retour de notre pays à sa place naturelle traduit notre volonté de défendre nos intérêts et ceux de l’Union africaine, et de renforcer les domaines de coopération avec nos partenaires, tant au niveau bilatéral que régional. Il permettra, en outre, au Maroc de s’ouvrir sur de nouveaux espaces, surtout en Afrique orientale et équatoriale, et de conforter sa position en tant qu’élément de sécurité et de stabilité, et en tant qu’acteur œuvrant en faveur du développement humain et de la solidarité africaine», a-t-il précisé.

Nouveaux partenaires

«Outre l’ouverture sur des espaces politiques et économiques majeurs, comme la Russie, la Chine et l’Inde, nous œuvrons au renforcement de nos partenariats stratégiques avec nos alliés que sont la France et l’Espagne. Parallèlement, nous nous employons conjointement avec l’Union Européenne, à poser des fondations solides pour le développement du partenariat traditionnel qui nous unit. Notre option pour la diversification des partenariats se fonde sur le respect mutuel et l’engagement à œuvrer au renforcement de la coopération sur une base gagnant-gagnant. Cet esprit est reflété dans les accords stratégiques qui ont été signés et qui couvrent des domaines vitaux comme l’énergie, les infrastructures, le développement des échanges agricoles, la lutte anti-terroriste, la coopération militaire et bien d’autres», a poursuivi le souverain. «Le souci qui anime le Maroc de diversifier ses partenaires n’a d’égal que sa ferme volonté d’être partie prenante dans les différentes questions et les diverses problématiques actuelles», a-t-il rappelé.

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on Pinterest

Chargement...