R&D – Portrait

Rachid Yazami, un génie de la technologie chimique

Rachid Yazami, un génie de la technologie chimique Rachid Yazami
  • Marocains partout
  • 05 Décembre 2015 - 13:48
  • Rédaction

PORTRAIT – Rachid Yazami, l’inventeur d’origine marocaine, mondialement reconnu pour ses recherches dans le développement des batteries lithium rechargeables, a réussi un nouvel exploit à Singapour, avec l’invention d’une puce intelligente  capable de réduire le temps de recharge à dix minutes. Parcours d’un bosseur prodige.

Après plusieurs années de dur labeur à la Nanyang Technological University de Singapour, le chercheur Rachid Yazami et son équipe ont réussi à créer une mini-puce permettant de réduire considérablement le temps de recharge d’un appareil doté d’une batterie Li-ion à dix minutes. Plus qu’un simple gadget, cette charge rapide permet d’avertir l’utilisateur en cas de surchauffe des batteries et, ainsi, éviter leur dégradation rapide. Rachid Yazami, ce «chimiste électroactif» comme écrivait Le Monde en 2014, est devenu du coup l’un des inventeurs le plus médiatisé du moment. Il n’y a pas de hasard derrière l’invention de ce natif de Fès, 62 ans, ingénieur et diplômé de l’Institut national polytechnique (INP de Grenoble). Son travail est le résultat de longues recherches scientifiques menées avec son les membres de son équipe installée à Singapour. En juillet 2014, Rachid Yazami avait fait la une des médias internationaux après avoir remporté le prix Draper de l’Académie nationale américaine d’ingénierie à Washington, qui lui avait valu les félicitations du roi Mohammed VI.

Modestie

Ce « Nobel » des ingénieurs est venu récompenser les travaux du chercheur effectués pendant sa thèse sur le développement des batteries lithium rechargeables en 1980. Une invention qui sera déterminante dans le développement des batteries de nos téléphones portables. En dépit de son parcours prolifique, celui a été le premier africain et marocain à recevoir le prix Draper se démarque par sa modestie. « Je ne m’attendais pas du tout à ce prix! », confiait-il au journal français Le Monde. « Mais je ne l’ai pas fait exprès! », ajoutait-il, l’air amusé, au magazine Jeune Afrique. « J’étais en première année de thèse, à l’Institut national polytechnique et dans un laboratoire du CNRS, à Grenoble. J’ai fait une expérience un peu en dehors de mon sujet, puisque je travaillais sur le pôle positif, la cathode. Donc c’était une diversion! ». Sous les feux des projecteurs, Rachid Yazami n’a pas changé et continue de servir la science. Il fait du développement des batteries son cheval de bataille et espère que le Maroc sera le premier pays africain à fabriquer des batteries lithium. Sa puce intelligente pour les smartphones sera, elle, commercialisée avant la fin de 2016.

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on Pinterest

Chargement...