Reportage

Sacré ramadan en Allemagne

Sacré ramadan en Allemagne iftar
  • Marocains partout
  • 10 Juillet 2015 - 13:40
  • Nadia ABRAM (MAP)

REPORTAGE – Pendant le mois du Ramadan et comme à l’accoutumée, les Marocains vivant en Allemagne adhèrent avec enthousiasme aux différentes activités organisées tout au long du mois sacré, en participant aux Iftars collectifs, aux séminaires, aux rencontres et rituels ramadanesques.

Les familles marocaines accueillent à bras ouvert le mois de ramadan en embellissant leurs foyers pour recevoir, comme il se doit, les convives de différentes nationalités dans la pure tradition ancestrale et l’hospitalité bien connue des Marocains. La communauté marocaine participe activement aussi aux diverses activités organisées par les centres et les associations islamiques relevant des mosquées en Allemagne. Soutenues par les municipalités, les Etats fédérés d’Allemagne et les institutions locales, ces activités, qui visent essentiellement à promouvoir la culture du dialogue et renforcer la cohésion entre les musulmans, prévoient notamment la tenue de conférences, de réunions, des expositions et l’animation de soirées religieuses. La femme marocaine joue à cet égard un rôle clé en contribuant aux préparatifs de la rupture collective du jeûne, en préparant la fameuse Harira, des plats divers et des gâteaux, aux côtés d’autres femmes musulmanes qui viennent avec leurs propres mets.

Gastronomie

Avec cette profusion de plats, l’Iftar se transforme en un festival de l’art culinaire, permettant aux convives de déguster les mets gastronomiques populaires des pays islamiques. Cela offre aussi l’occasion aux Marocains de se réunir autour de la même table avec les membres de la communauté musulmane dont le nombre est estimé à plus de quatre millions en Allemagne, représentant différents courants religieux et politiques. Pendant ce mois sacré, les œuvres de charité en Allemagne se multiplient, reflétant l’esprit de solidarité et d’entraide marquant ce mois du jeûne durant lequel des dons et des fonds sont levés pour la réalisation de projets de développement à l’étranger. Et au sein des familles, les parents veillent à sensibiliser leurs enfants et les générations montantes aux vertus de Ramadan. Ainsi, Mme Lisa Al Mustafa, épouse d’un ressortissant marocain, tient à inculquer à ses deux enfants Selma et Zineddine (âgés respectivement de 7 et 5 ans), les valeurs de l’Islam, la signification spirituelle de l’acte du jeûne ainsi que les règles du jeune.

Convivialité

Mme Lisa, qui a appris à préparer la table d’Iftar à la marocaine, s’est dite heureuse de vivre ces moments forts, affirmant qu’elle invite ses amis et ses voisins allemands pendant le mois du Ramadan pour venir partager avec sa famille les mets ramadanesques dans une ambiance marocaine. Pour sa part, Karim Asmir, un salarié dans une entreprise Berlinoise, estime que l’on ressent le plus l’ambiance du Ramadan au sein du foyer avec les senteurs de la cuisine qui remplissent les airs et les programmes des chaînes marocaines qui permettent de s’imprégner des valeurs et des rituels de ce mois sacré. Il a également dit qu’il tient à s’acquitter de son devoir religieux en dépit des contraintes professionnelles et des défis auxquels sont confrontés les musulmans d’Europe, indiquant que la région dans laquelle il vit avec sa famille compte un nombre très limité de mosquées. Cette année, la municipalité de cette région a mis à la disposition des musulmans une salle de sport couverte pour la prière d’Al-Icha et les Taraweeh qui connaissant une forte affluence, a-t-il ajouté. Quant à son épouse, Mme Ibtisam al-Idrisi Yacoubi, employée dans le secteur de l’hôtellerie et qui vit en Allemagne depuis plus de 15 ans, elle a affirmé que son long séjour dans un pays étranger n’a affecté en rien ses habitudes ramadaneques, ni ses racines et son identité marocaines. Elle a affirmé aussi qu’elle a toujours célébré avec sa famille en Allemagne la journée célébrant la mi-ramadan et “Laylat Al Qadr” (nuit du destin) en préparant des plats spéciaux tels que “le Poulet Rôti” et “le Couscous”, des plats auxquels les proches et les amis sont conviés. Selon Mme Yacoubi, de telles occasions favorisent les retrouvailles et permettent aux membres de la communauté marocaine de préserver les liens avec la mère-patrie et de renforcer les racines identitaires.

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on Pinterest

Chargement...