Vivre au Pays-Bas

Samira el MHassani : «Ici, la langue reste un obstacle majeur»

Samira el  MHassani : «Ici, la langue reste un obstacle majeur»
  • Marocains partout
  • 29 Juillet 2015 - 00:33
  • Rédaction (Amsterdam)

RENCONTRE Née et ayant grandi à Amsterdam, Samira el Mhassani, jeune avocate brillante, consacre sa vie à défendre ceux que personne ne veut entendre.  

Marocainspartout : Parlez-nous un peu de vous ?

Siham Hassani : Je suis née à Amsterdam d’un père et d’une mère marocains. J’ai fait des études de droit. Un choix que je n’ai heureusement pas regretté. D’ailleurs, à l’université j’ai pris conscience que je préférais exercer le droit afin de pouvoir défendre, conseiller et surtout soutenir les Marocains qui vivent ici.

Quel genre d’affaires traitez-vous ?

Des affaires de tous genres. Principalement des affaires civiles liées à toute sorte de litiges (conflit familial, trouble du voisinage, licenciement abusif, etc.). Ce qu’il faut savoir c’est qu’en Hollande, il y a l’obstacle de langue. Beaucoup de Marocains qui sont installés ici se voient confronter à ce problème. Ils viennent me voir, je parle avec eux en arabe. J’essaie de les accompagner au mieux. Étant née et ayant grandi ici, je comprends parfaitement la manière avec laquelle fonctionnent les choses dans ce pays. Avec les affaires que je traite, je me sens utile à la communauté marocaine vivant au Pays-Bas. Et c’est réconfortant.

D’où vient votre vocation à exercer la profession d’avocat ?

Depuis mon enfance, je n’aimais pas voir les injustices. Dès que je voyais quelque chose qui me plaisait pas, je me disais il faut que j’intervienne. Les années passèrent. Puis, j’ai découvert le monde juridique. Et je me suis dit : pourquoi pas ? En plus, je peux ainsi défendre ceux que personne ne veut entendre comme les femmes. J’avais également l’envie de voler de mes propres ailes, de travailler mes dossiers de manière autonome, en leur insufflant une dynamique, une orientation et une stratégie qui me sont propres. Du coup, la profession d’avocat s’est ouverte à moi. C’était, naturel.

Quelles sont vos passions ?

Le droit me passionne et c’est essentiel. Au-delà du travail, mes autres passions sont mes enfants. J’ai deux fils. Malgré mon agenda toujours plein, j’arrive à leur consacrer le temps qu’il faut. Le matin, c’est moi qui les accompagne à l’école et c’est encore moi qui les récupère. Il suffit de bien s’organiser.

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on Pinterest

Chargement...