Interview

Waled Ben Selim : « N3rdistan, un clin d’œil à la e-culture»

Waled Ben Selim : « N3rdistan, un clin d’œil à la e-culture»
  • Marocains partout
  • 18 Mai 2016 - 14:49
  • Abderrahim Bourkia (Marseille)

Avec son groupe N3rdistan, Waled Ben Selim explore divers influences et styles tout en maintenant un groove irrésistible. Chanteur et leader de N3rdistan, Waled Ben Selim nous raconte son histoire avec la musique et nous dit tout sur cette formation qui se veut originale. RENCONTRE.

 

Marocainspartout : Raconte-nous un peu tes débuts avec la musique? C’était quand? Avec qui?

Waled Ben Selim : Pour moi, la musique est une constante universelle. Elle a commencé avec les battements de cœur rythmés dans le ventre de nos mères. L’initiation débute avec la création, en subconscient et se poursuit avec la découverte des sons qui nous entourent dans la société. Pour ma part, c’est ma mère qui m’a amené sur cette voie. Dès l’âge de 5 ou 6 ans, elle m’a poussé sur scène car elle voyait que je m’épanouissais dans la musique. À 8 ans, j’ai rejoint le conservatoire de Casablanca afin de le quitter à l’adolescence quand j’ai décidé de créer mon premier groupe de rap. C’était un changement radical car je découvrais un style revendicatif qui résonnait avec mes attentes sociales, ma recherche de repères et de liberté. Et dans ce domaine, c’est dans la rue et par la rue que l’initiation a débuté. Pour écrire des textes de rap, on doit être encré dans la rue et la vie de tous les jours. Avec mes amis nous sillonnions les rues de Casablanca pour écrire, rencontrer et raconter ses rues…

Parle-nous un peu de ton groupe actuel N3rdistan ?

Après mon départ du Casablanca, j’ai voulu changé de style musical. J’avais envie de tester de nouvelles choses. Alors je suis passé par le rock, le métal, la musique traditionnelle africaine. Ce passage par différentes disciplines m’a permis de comprendre certaines choses et de voir dans la musique un langage universel, capable d’embrasser tout le monde. N3rdistan, c’est un clin d’œil à la culture numérique qui nous a permis, à moi et à ma génération, de découvrir le monde à travers une fenêtre et un onglet. C’est une dédicace à tous ces cybercafés où nous passions des nuits blanches à 50dh pour faire le tour du monde et télécharger les derniers logiciels de musique, les derniers jeux et discuter avec des gens de divers cultures à travers le monde. À tous les exilés numériques que nous sommes devenus !


Pourquoi ce style un peu métissé ?

Quel style ! ? Dans le groupe, on ne se pose pas la question du style, on fait la musique qui nous plait et qui arrive dans nos têtes. On la joue telle qu’on la sens.

Quels sont vos influences ?

La vie, la rue, les gens, les poètes et leurs mots, youtube, twitter… Aujourd’hui, il est très difficile de parler d’influences puisque la diversité et la quantité d’informations que nous absorbons est gigantesque. Nos influences sont à l’image de notre époque : multiples et variés.

Les thèmes et sujets abordés?


La liberté et l’Amour, le verbe et la création, le partage et le combat. « O zid, o zid, o zid  (etc)»… Les sujets dépendent des textes que nous choisissons ou écrivons. Ces paroles peuvent traiter des conditions de nos vies, des cycles dans le temps ou encore du chemin qui mène à l’émancipation de l’Être et de la reconquête de ses droits. Les sujets contemporains. N3rdistan est un nouveau monde où le débat est ouvert, où l’évolution est continue, où l’Amour est roi et la Liberté est reine…

Propos recueillis par Abderrahim Bourkia

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on Pinterest

Chargement...